parallax background

Découvrez le Lot

Petite visite guidée !
 

Venez découvrir le terroir Lotois !

Situé au coeur du Sud-Ouest, le Lot rime incontestablement avec douceur de vivre. Les villages perchés du Quercy qui se révèlent être de petits bijoux, le charme de la pierre sèche combiné aux doux pâturages des Causses où paissent paisiblement chèvres et moutons, les sites d'Art, d'Histoire et de la Préhistoire ou encore la riche gastronomie du terroir lotois : autant d'atouts qui ont vraiment de quoi enchanter les amateurs d'authenticité !

Découvrez le "QuiQuoiOù" de la Communauté de Communes Cauvaldor pour trouver une activité ici :

Découvrez une sélection complète d’activités touristiques disponibles dans tout le département ici :

logo_cauvaldor_88
logo_lot_88
video_carte_au_tresor_1
La Carte au Trésor - Le Lot

Duration: 02:04:37

Un voyage au coeur du patrimoine français


Le Lot puise son caractère dans ses causses entaillés par les vallées du Lot, de la Dordogne et du Célé. Il est jalonné de grands sites et de beaux villages comme Rocamadour, Cahors, Figeac et Saint-Cirq-Lapopie… L’homme et la nature ont laissé leurs empreintes dans la grotte du Pech Merle et le Gouffre de Padirac. En randonnée à pied ou à vélo, le naturel et l’authenticité du Lot se dévoilent pleinement. Terre d'excellents produits du terroir et de gastronomie, le Lot réveille les papilles avec la truffe, le foie gras, l’agneau, le melon du Quercy ou le vin Cahors Malbec.


Si vous souhaitez connaitre les principaux sites du patrimoine lotois à visiter, n'hésitez pas à nous en parler lors de votre séjour !

Bastide de Bretenoux



La bastide de Bretenoux est située sur la rive gauche de la Cère. Dès le haut Moyen-Âge, le cartulaire de Beaulieu mentionne l’existence d’un domaine agricole, la villa Bretenoro ainsi que des terres nommées Orlinda. Au XIIIe siècle, c’est à cet emplacement que Guérin, seigneur de Castelnau, l’une des plus puissantes familles du Quercy, fonde la bastide de Villafranca d’Orlinda qui permet le regroupement des populations jusque-là dispersées sur le territoire de la seigneurie.Par l’octroi d’une charte de coutumes, dès 1277, les différents articles fixent les dispositions relatives aux libertés relevant du droit civil ou criminel, à la fixation d’impôts ou au droit d’élire des consuls pour gouverner la ville. Elle détermine également l’organisation du commerce.

Dès l’origine, un marché est prévu les mardis et samedis, (il est toujours maintenu de nos jours) et des foires de trois jours chacune aux fêtes de l’Assomption et de Sainte Catherine, sainte patronne de l’église. Protégée par les hauteurs du château qui présida à sa fondation, située à la rencontre de la vallée de la Cère et d’une route reliant Figeac à Tulle, Bretenoux a bénéficié d’un site de plaine propice à un urbanisme régulier privilégiant le tracé orthogonal. Particulièrement bien conservé, le réseau s’organise autour des carreyrats (rues charretières qui joignent la place à l’extérieur), des carreyrous (ruelles d’environ 2 mètres réservées à la circulation piétonne) et des andrones (espaces entre deux habitations destinés à recevoir les eaux usées). La place des Consuls, destinée aux échanges commerciaux, n’occupe pas une position centrale.

Autrefois bordée par la maison commune (ultérieurement transformée en chapelle des Pénitents Bleus puis démolie), elle présente encore une belle suite de couverts. Elle a conservé un pavement de galets et l’ancien puits. Dans la bastide, de nombreuses maisons des XVe, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles témoignent de la richesse passée. La bastide présente des vestiges de remparts et conserve la porte dite « de la Guierle », témoignages des fortifications. » »

Château de Castelnau



Le château se dresse à l’extrémité d’un plateau rocheux formant un éperon grâce à la présence d’une faille naturelle. Dominant le pays dit des quatre rivières, il fut le siège d’une importante baronnie issue de l’aristocratie carolingienne quercynoise - la famille des Castelnau de Bretenoux - déjà en possession d’une résidence fortifiée dans les environs au 11e siècle. Au cours des 14e et 15e siècle, le château adopte sa configuration définitive.

La famille de Clermont-Lodève qui a hérité de la baronnie en 1530, entreprend d’importants travaux d’embellissement de l’austère château au milieu du 17e siècle. Ce château est l’un des plus beaux exemples de l’architecture militaire du Moyen Age.

Cascade d'Autoire



Là, entre Gramat et Saint-Céré, sur le causse réchauffé par le soleil, Autoire aligne ses maisons en une cascade de toits bruns, de façades claires. Dans une harmonie de couleurs, on découvre une fontaine, des maisons à colombages, d’élégantes gentilhommières flanquées de tourelles.

Longtemps protégé par les vicomtes de Turenne, Autoire respire une sérénité que ses huit siècles d’existence ont ancré avec force. Parce qu’ici furent construits manoirs et châteaux, le village reçu le surnom de « Petit Versailles » et s’est vu décerné le titre de « Plus Beaux Villages de France ».

Le charme d'Auoire tient aussi à son environnement exceptionnel : un cirque de falaises calcaires d’où surgit le Toire, dans une impressionnante cascade de 30 mètres.

La balade le long du GR est très prisée : le chemin de crête y dévoile des vues exceptionnelles. Le dépaysement ne serait pas complet sans un passage à la forteresse des Anglais, incroyablement accolée à la falaise du cirque. Ce château servit aux compagnies anglaises pendant la guerre de Cent ans et aux brigands des environs. Depuis, la sérénité a regagné le cirque où seul le tumulte des eaux vient rompre le calme environnant.

Village de Loubressac



Emergeant au-dessus des arbres, les toits de Loubressac tutoient l’azur du ciel en une partition toute en demi-teintes. Un peu de brun, une touche d’ocre, un trait de miel… et là, centrée comme un point d’orge, l’ardoise du clocher de l’église des XII et XVIème siècles.

Campé sur un promontoire offrant une vue plongeante sur les vallées de la Bave et de la Dordogne, Loubressac incarne une inspiration très médiévale. En y flânant quelques instants, on comprend pourquoi Doisneau en était tombé amoureux. On se régale à la belle saison en découvrant les rues, balcons, escaliers et cours fleuries du village.

Pour la petite histoire, le célèbre film « Quelques messieurs trop tranquilles » de Georges Lautner y fut tourné en 1972.

Village de Rocamadour



Premier choc, la cité, qui est en fait un minuscule village à la réputation mondiale, vue depuis l’Hospitalet ! Bâtie en paliers successifs à flanc de falaise, elle s’accroche sur 120 mètres au-dessus d’un canyon où coule l’Alzou. Ses maisons, ses toits et ses églises semblent faire partie du rocher.

Quel génie a donc imaginé et construit Rocamadour ? Votre visite vous le révèlera peut-être. Déjà, au Moyen Age, Rocamadour suscitait l’admiration. Au XIIème siècle, les pèlerins parcouraient l’Europe entière pour venir prier ici. Le village détenait les reliques de Saint-Amadour (fameux ermite qui a trouvé la solitude à Rocamadour). Il était également le sanctuaire vénéré de la Vierge Noire.

Vous entrez dans la cité par la porte du Figuier avant de suivre la rue de la Couronnerie : l’unique rue de Rocamadour, très animée avec ses boutiques et ses restaurants. Vous parvenez ensuite devant un escalier monumental (233 marches !) qui vous amène au parvis où se pressent sous la roche 8 églises et chapelles. A voir absolument : la chapelle Notre-Dame. Vous y découvrirez la Vierge Noire, frêle silhouette de bois. Enfin, dominant les sanctuaires et le village, le Château dont les remparts se visitent, offre un panorama vertigineux sur la cité.

Gouffre de Padirac



Effet « Waouh » garanti pour cette visite à 103 mètres sous terre ! Le gouffre de Padirac situé à 8 km de Rocamadour est le 1er gouffre en France et l’un
 des plus fascinants à explorer en Europe.


Après une descente vertigineuse à 103 mètres de profondeur (rassurez-vous il y a un ascenseur !), c’est parti pour 1h30 de visite. Vous embarquez pour une promenade en barque sur la rivière souterraine.

La rivière joue à cache-cache dans 
un labyrinthe de cavités aux formes les plus saugrenues : champignons, dentelles de roche... jusqu’au lac de la Pluie et ses eaux translucides. Vous découvrez alors la Grande Pendeloque, (stalactite géante de 60 mètres de haut), qui, comme suspendue à un fil, semble s’admirer à la surface du Lac de la Pluie.

Ensuite vous accostez et continuez à pied vers la Salle du Grand Dôme dont la voûte s’élève à 94 m de haut. Celle-ci offre une multitude de concrétions façonnées par la nature durant des millions d'années. Quand vous remontez à la surface de la terre, encore empreint de la magie des lieux, la lumière du jour vous fait cligner de l’œil et vous ramène à la réalité !

Parc Naturel Régional des Causses du Quercy



Des paysages contrastés et une richesse environnementale exceptionnelle. Ce territoire compte des sites paysagers remarquables, dont certains sont protégés ou reconnus pour la qualité de leur patrimoine naturel. Différents paysages se retrouvent ici : les vastes plateaux calcaires des Causses, la terre riche du Limargue, les crêtes marquées du Ségala et les prémices du Massif Central ou encore les vallées sinueuses du Lot et du Célé. En point d'orgue de ce territoire, la ville de Figeac, classée Ville d'Art et d'Histoire et patrie de Champollion.

Un peu partout, il fait bon s'arrêter et prendre le temps de découvrir ces beaux villages qui jallonnent le territoire : Lacapelle Marival et son imposant château, Assier avec son château et son église de style renaissance, Marcilhac sur Célé organisée autour de son ancienne abbaye bénédictine, Cajarc blottie dans un cirque de plateaux calcaires au bord de la rivière Lot, Capdenac le Haut et Cardaillac perchés sur un éperon rocheux et tous deux classés "Plus beaux Villages de France", ou encore Espagnac-Sainte-Eulalie implanté dans la vallée du Célé qui accueille un magnifique prieuré.

Village de Martel



Martel, bâtie sur le causse qui porte son nom, est une des rares villes qui ne doive pas son existence à un castrum ou une fondation religieuse. Elle est née d’une convergence de routes, un axe antique Nord-Sud croisant un axe Ouest-Est où transitaient le précieux sel de l’Atlantique et le vin d’Aquitaine.

Cette situation privilégiée fait de Martel une riche cité marchande dès le début du XIIème siècle. A la même époque, elle devient une étape importante sur la route du pèlerinage vers Rocamadour. Son blason orné de trois marteaux indique qu’elle était également peuplée de nombreux artisans.

Martel a connu une seconde période de gloire au XIXème siècle grâce au commerce de la truffe. Aujourd’hui Martel demeure une cité dynamique, où commerces et animations viennent compléter un patrimoine remarquable. Vous apprécierez de flâner sur le marché les mercredis et samedis matin sous la superbe halle située au cœur du village.

Le tourisme dans le Lot c'est aussi ...

215+

Activités

600+

Restaurants

*Descriptions et photos issues du site du Tourisme dans le Lot.